http://alternatives.blog.lemonde.fr/2014/01/13/leurope-compte-pres-de-250-000-citoyens-favorables-a-un-revenu-de-base-garanti-a-vie/

Doit-on perdre sa vie à la gagner ? Peut-on croire encore à un système qui accroît les inégalités ? Le meilleur des gestes anti-système ne consisterait-il pas à signer l'Initiative Citoyenne Européenne qui défend la création d'un Revenu de Base Inconditionnel ? Réponse avec Stanislas Jourdan, à l'origine de cette initiative et coordinateur du Mouvement français pour un revenu de base.

Qu’est-ce qu'un revenu de base ?

C’est une idée très simple qui consiste à donner à tous les citoyens, de la naissance à la mort, un revenu sans conditions ni contrepartie. Précisons tout de suite qu’il ne s’agit pas d’un revenu unique pour tous ! Tout le monde touche le revenu de base mais celui ci est cumulable avec d’autres revenus d’activités. De plus, contrairement au RSA, tout le monde le touche y compris les travailleurs, ou ceux qui sont très riches.

En pratique, il existe de nombreux modèles différents de revenu de base, avec différents montants et différents mécanismes pour le financer, et différentes justifications théoriques. C’est d’ailleurs ce pourquoi il existe d’autres appellations de l’idée, comme "revenu universel" ou "allocation universelle". Mais pour simplifier, l’idée est de réformer le système de protection sociale en unifiant les diverses aides et subventions existantes afin que chacun touche un revenu - quelle que soit sa situation professionnelle ou familiale, plutôt que de dépendre d’un système complexe bureaucratique que plus grand monde ne comprend...

D’où vient l’idée ?

 

Image : extrait de la BD réalisée par Hélène Pouille avec le style de Pénélope Bagieu

De loin ! Les premiers philosophes à en parler furent Thomas More dans L'Utopie et Thomas Paine, dans La Justice Agraire - un court essai dans lequel il fait une critique modérée de la propriété privée en proposant un revenu citoyen en contrepartie des inégalités qui sont que certains naissent en héritant d'une propriété privée sur laquelle bâtir de quoi se loger et se nourrir, et d'autres non.

On touche ici à une justification très importante du revenu de base : le fait qu’une grande partie de nos richesses collectives ou individuelles n’ont aucun lien avec notre seul mérite. Par exemple, la plupart des grandes inventions comme l’électricité sont l'héritage de nos ancêtres qui les ont conçues. A titre personnel, nous oublions trop souvent l'héritage des circonstances de la vie. Le revenu de base permettrait une répartition plus juste de ces richesses et gommerait ainsi l’inégalité des chances.

Depuis Thomas Paine en 1893, l’idée a survécu grâce au travail de nombreux intellectuels qui ont développé et théorisé le concept. Par exemple le philosophe André Gorz et l’économiste Yoland Bresson en France, James Tobin et Milton Friedman aux États-Unis, ou encore Erich Fromm et Gotz Werner, deux célébrités allemandes... On trouve des promoteurs de l’idée dans tous les camps politiques et dans toutes les disciplines scientifiques. Le revenu de base n’est pas une question de gauche ou de droite !

Comment le mettre en place ? N'est-ce pas un peu utopique ?

De nombreux économistes se sont penché sur le sujet et ont présenté des modèles de financement. Et personne n’a réellement démontré que c’était impossible à financer. En France par exemple, un économiste à démontré que l’on peut déjà financer un revenu de base de 450 euros sans toucher aux pensions de retraite ni aux allocation chômage et logement, simplement en rationalisant l’organisation du modèle fiscal et social Français. Autrement dit, sans bouleverser totalement les acquis sociaux ni le niveau d’imposition, on pourrait déjà commencer à verser un revenu de base en France de ce niveau, que l’on pourrait bien sûr augmenter au fur et à mesure.

Au final, la mise en place d’un revenu de base bute avant tout sur le manque de volonté et je dirais même, de courage politique.

N'y a-t-il pas des risques liés à sa mise en oeuvre (démotivation au travail, effet sur les prix) ?

Tout dépend du niveau auquel on met en place ce revenu, mais même pour un revenu de base peu élevé, on simplifierait beaucoup le fonctionnement administratif du système, on éliminerait les effets de seuil qui minent les les travailleurs pauvres et les personnes actuellement au RSA, et on garantirait à tous un socle de protection sociale sans provoquer les effets stigmatisants du système actuel sur les pauvres.

En augmentant le montant du revenu de base, on pourrait espérer d’autres effets plus émancipateurs encore. Parce que leur revenu sera assuré indépendamment de leur activité, les citoyens pourront mieux arbitrer leur temps de travail et leur temps de loisir. Ils pourront plus facilement passer à temps partiel, libérant ainsi des postes de travail pour ceux qui en sont aujourd’hui privés. D’autres choisirons peut être de se réorienter professionnellement, de faire des formations, ou encore de se consacrer à des projets personnels, entrepreneuriaux etc.

En fait, la crainte d'une hausse des prix vient de ceux qui ne voient souvent dans le revenu de base qu’un pouvoir d’achat en plus pour les gens. Mais le revenu de base est aussi un pouvoir de produire, un pouvoir de travailler pour ce que l’on aime, c’est à dire là ou l’on est finalement en général plus productif. En libérant de la contrainte de trouver de l’argent pour survivre, on libère la créativité qui est aujourd’hui étouffée parce qu’il faut d’abord chercher un “emploi”.

Cela ne signerait-il pas la fin du travail ?

Certains voient dans le revenu de base une solution face à l’automatisation croissante d’un grand nombre de tâches: qui va acheter les produits que les robots produisent si les hommes n’ont plus de revenu issu de leur travail? Le revenu de base résout ce problème.

Un certain nombre de métiers vont disparaitre et il faudra bien trouver une solution pour les personnes qui sont petit à petit privées de la source de leur revenus. Mais il y a aussi du travail pour réaliser la transition économique, agricole, industrielle qui nous attend ! Le revenu de base, s’il peut accompagner cette transition, ne fera pas le travail pour nous. Il reste beaucoup de pain sur la planche pour inventer et développer les solutions innovantes aux enjeux de notre société !

En fait, je crois qu’il est préférable de parler de la fin de l’emploi, c’est à dire cette notion que seul le travail rémunéré dans le cadre d’un contrat de travail constitue une production méritoire à la société. D’autres activités sont tout autant productrices même si elles ne sont pas ‘rentables’ ou ‘payées en argent’, comme par exemple tout ce qui se passe dans l’open source et l’économie collaborative.

Vous pensez que le temps de sa mise en oeuvre est venue ?

Il est naïf de penser que le système actuel peut perdurer sans dommages pour la cohésion sociale. Notre système social est bâti autour de l’emploi alors que celui-ci se raréfie. Dans le même temps, d’autres formes d’activités et de productions se développent à l’extérieur de l’emploi. Par ailleurs, alors que notre société n’a jamais été aussi riche dans son ensemble, la pauvreté et les inégalités s’accroissent. C’est absurde !

Il est donc plus que temps d’inventer un nouveau modèle de protection sociale qui prenne en compte la réalité nouvelle de notre économie, c’est à dire le fait que nous sommes entrées dans une société d’abondance ou l’emploi n’est plus l’unique facteur de production ni même de reconnaissance sociale. Le revenu de base serait non seulement la pierre angulaire de cette nouvelle forme de sécurité sociale mais il constituerait un début de réponse face à de nombreux maux de notre société sur le plan démocratique, dans notre rapport au travail, à l’argent… Bref, le revenu de base nous donnerait tous un peu de pouvoir pour réellement participer au changement de société que nous sommes de plus en plus à désirer.

Pourquoi avoir lancé une initiative citoyenne européenne ?

L’initiative citoyenne européenne est le tout premier processus de démocratie participative d’envergure internationale.  Si un million de signatures sont réunies, les citoyens peuvent obtenir une audience au Parlement Européen pour soumettre une idée à l’agenda de la commission européenne et même de proposer un projet de réglementation européenne.

Les différentes organisations œuvrant à la promotion du revenu de base en Europe ont été parmi les premières à se lancer dans l’exercice en lançant une initiative en janvier 2013. Objectif: demander à la commission européenne de lancer des études et des expérimentations du revenu de base pour voir comment cette idée peut être développée dans l’Union Européenne.

Jusqu’ici près de 250 000 citoyens ont signé notre initiative. Trop peu encore pour aller jusqu’au bout, mais il est encore possible d'ajouter sa voix jusqu'au 14 janvier en signant ici.

Anne-Sophie Novel / @SoAnn sur twitter

A noter