Nous publions l’opinion de Gilles Denigot,

militant écologiste breton, engagé dans la lutte contre l’aéroport Notre-Dame-des-Landes

 

http://www.lepoint.fr/actualites-region/2007-01-18/gilles-denigot-le-docker-ecolo/1556/0/44231

Ce que je disais dans mon petit texte se confirme, la force des paysans de la FDSEA entraine les salariés frappés par ce système et licenciés en masse.... Je confirme qu'il faut faire un plan de conversion agricole et industriel pour la Bretagne...sur dix ans. Seule cette approche peut être entendue et comprise face au sentiment de délaissement....devant la révolte, la rationalité des discours ne pèse rien. Il faut engranger de la confiance dans l'élaboration collective d'un projet. Il faut aussi optimiser les potentialités Bretonnes sur ses cinq départements et sa façade maritime. Ce n'est pas avec le Grand Port Maritime de St Nazaire-Montoir de Bretagne Nantes rattachée à une région (Pays de la Loire) sans culture maritime que l'on optimise ses atouts. Ce fractionnant est ports Bretons est une hérésie....Étatique D

 

Libre opinion et à contre-courant !

Lorsque j'ai commencé à travailler en 1962 - j'avais 14 ans - il y avait un abattoir dans pratiquement toutes les communes conséquentes. La "concentration" a conduit à la fermeture des uns et des autres. A tel point que la Loire-Atlantique 1er département Breton n'a plus aucun abattoir... Puis, la course à la réduction des coûts dans la logique d'un système basé sur le produire pour exporter, la course aux concentrations encouragée par les gouvernants successifs de la droite à la gauche productiviste a crée une crise majeure dans les quatre autres départements Bretons. Dans ces derniers, les abattoirs ferment aussi, les laboratoires de découpe sont ensuite frappés de plein fouet avec une crise sociale majeure. (GAD - Doux...)

La révolte actuelle était prévisible, c'est ce sentiment d'abandon, de délaissement qui fédère les colères, les GAD voient les élu-es défiler avec les Alcatel et se sentent "oubliés", ils se sentent coupables de quelque chose ! Pas étonnant que les fossoyeurs du système productiviste FDSEA, patronat, transporteurs routiers viennent "surfer" sur les braises à travers le symbole des portiques dits "écotaxes"...dans un climat médiatique ou l'impôt est devenu "lourd".

Le système économique agit comme un déterminisme, il va chercher ou c'est possible les réductions de coûts. Comme j'aimerai être convaincu que la "mini-coercition par l'écotaxe" ramènera les emplois, qu'elle freinera les traverser des camions dans toute l'Europe comme on traverse le monde via le commerce maritime avec les mêmes logiques de réduction des coûts. Pour donner confiance aux producteurs Bretons, aux ouvriers de toute cette filière qui leur a été présentée comme vertueuse pendant des années, il faut un grand plan agricole et alimentaire sur 15ans. La Bretagne peut servir de laboratoire social et environnemental de cette transition en marche vers d'autres formes de productions et de distribution. Dans l'immédiat, chacun comprendrait que l'ouverture des abattoirs...est plus efficace pour regagner la confiance contre ce sentiment d'abandon, mais également pour ne plus aller abattre 700 000 porcs par an en Allemagne que la mise en place des portiques si utiles soient-ils ...

http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/10/29/comment-la-droitosphere-a-recupere-le-mouvement-breton_3504733_823448.html